S.O.S. EXTERMINATEURS!!

Vous êtes aux prises avec des visiteurs indésirables ? Souris, araignées, fourmis, nommez-les ! Quand vient le temps de faire appel à un exterminateur, la tâche peut paraître ardue ! Voici donc 5 conseils pour vous guider dans votre recherche.

Comment choisir le bon exterminateur ?

Assurez-vous de faire affaire avec une compagnie qui est un membre affilié à l’Association Québécoise de la Gestion Parasitaire (AQGP). L’AQGP s’assure que ses membres suivent une formation continue. L’entreprise doit posséder un permis d’exploitation délivré par le ministère du Développement durable, de l’environnement et de la Lutte contre les changements climatiques. Vous pouvez aussi demander à voir le certificat d’applicateur de pesticides délivré par ce même ministère. Votre exterminateur se doit de posséder ces deux éléments afin de procéder à tout traitement.

N’hésitez pas à questionner le technicien qui se présentera chez vous. Quelles méthodes emploiera-t-il pour vaincre le problème ? Quels produits seront utilisés ? Quelle est son expérience dans ce type de problème ? Questionnez-le sur la garantie du traitement, sa couverture et sa durée. L’exterminateur devrait également posséder une assurance responsabilité civile afin de couvrir d’éventuels dommages ou incidents qui pourraient survenir. Il est aussi de son devoir d’inspecter les lieux avant tout traitement, et ce, afin de déterminer la source et la cause exacte de votre problème.

Finalement, assurez-vous d’avoir en main un contrat signé et détaillé où figure les informations de l’entreprise, les services qui seront rendus, les produits employés et la garantie qui accompagne le traitement.

Quelle est la différence entre les pesticides utilisés par un exterminateur et ceux vendus sur les tablettes des grandes surfaces ?

Il faut tout d’abord savoir que les pesticides sont homologués et classés par le gouvernement du Canada selon le niveau de risque qu’ils représentent pour vous et l’environnement. Il y a 5 classes, la classe 1 représentant les plus toxiques. Les pesticides de classes 1 à 3 sont à utilisation restreinte. Uniquement des exterminateurs possédant un permis et un certificat sont en mesure d’acheter et d’appliquer ces produits. Les produits de classe 4 quant à eux sont vendus dans les magasins tenus par des entreprises d’extermination. Les produits vendus au grand public sont de classe 5, leur toxicité et donc leur efficacité étant la plus faible. Ils serviront donc à résoudre des problèmes mineurs. Les produits utilisés par les exterminateurs possèdent également une action à long terme, contrairement à ceux vendus au public. Assurez-vous que le produit utilisé chez vous par le technicien est bel et bien homologué.

Vous vous demandez donc si ça vaut la peine de payer les services d’un exterminateur quand vous avez accès directement à plusieurs produits vendus en magasin ? Si vous êtes au prise avec un problème de taille, OUI ! Ne vous épuisez pas à appliquer encore et encore des produits trop faibles pour l’enrayer. Faites plutôt appel à un exterminateur qui saura vous prêter main forte afin d’éliminer la vermine.

Les pesticides peuvent-ils être nuisibles pour votre santé et l’environnement ?

Tous les pesticides peuvent représenter un danger potentiel. Voilà pourquoi il est capital de trouver un exterminateur professionnel qui saura minimiser ces risques. De quelles façons peut-il faire cela ? En utilisant différentes techniques d’application et en optant pour le meilleur produit selon l’endroit de votre maison à traiter. Le technicien pourrait par exemple utiliser des trappes si l’endroit infecté le permet. Il pourrait également appliquer un pesticide sous forme de gel ou de pâte à l’intérieur des murs ou de la charpente afin d’éviter au maximum que les habitants soient en contact avec les produits. L’exterminateur devrait aussi favoriser ce qu’on appelle la lutte intégrée. Cette approche a pour objectif de protéger votre santé en diminuant la quantité de pesticides utilisés. Le technicien tentera donc de gérer l’infestation plutôt que de l’exterminer, quand c’est possible évidemment. Il commencera d’abord par une visite des lieux afin de déterminer la cause et vous conseillera ensuite le traitement le plus sécuritaire et efficace pour vous et votre famille. Il vous donnera enfin quelques recommandations afin d’éviter toute récidive.

De quelle façon se déroule un traitement ?

L’exterminateur vous recommandera peut-être de bouger certains meubles afin de lui faciliter l’accès aux zones à traiter. Évitez cependant de déplacer vos meubles ou objets dans d’autres pièces car cela pourrait propager l’infestation, aggraver le problème et rendre la tâche du technicien plus complexe.

Habituellement, vous n’aurez pas à quitter les lieux durant le traitement. Par contre, il est déconseillé aux femmes enceintes, aux jeunes enfants, aux aînés, aux personnes allergiques ou asthmatiques ainsi qu’aux animaux d’être présents durant l’application de pesticides et d’éviter l’endroit traité quelques heures après le passage de l’exterminateur. Si les pesticides appliqués étaient sous forme liquide ou en poudre, il est préférable de ne pas nettoyer l’endroit traité avant quelques semaines afin de prolonger l’efficacité du produit. Si vous avez des inquiétudes quant aux répercussions du traitement sur un membre de votre famille, n’hésitez pas à en discuter avec votre exterminateur !

Dépendamment de la source et du type d’infestation, le technicien pourrait décider de traiter l’intérieur ou l’extérieur seulement, ou les deux simultanément. Il vous indiquera quelle est la meilleure façon de procéder afin d’enrayer votre problème le plus efficacement possible.

Suite au traitement, il faut en général quelques jours pour remarquer une amélioration. Les résultats ne sont malheureusement pas toujours instantanés. Lors du suivi après le traitement, le technicien pourrait juger nécessaire de procéder à des traitements supplémentaires afin d’éliminer complètement le problème.

Comment prévenir d’éventuels infestations d’insectes ou animaux ?

Un traitement préventif peut s’avérer utile. Si par exemple vous demeurez dans une zone boisée et que votre maison se retrouve chaque année infestée d’araignées, il serait conseillé de traiter avant la période critique. Dans d’autres cas, l’utilisation d’appâts ou de trappes pourrait également prévenir la venue surprise de bestioles dans votre maison.

Comment épingler les punaises de lit

Comment épingler les punaises de lit

Ces parasites nocturnes habitent les coins sombres des maisons et sortent une fois le soleil couché pour se nourrir. Ils adorent la chaleur et le sang humain. Et ils pourraient bien mettre vos nerfs à rude épreuve! Il ne s’agit pas d’un nouveau film d’horreur estival. Le cauchemar est malheureusement bien réel pour ceux qui sont aux prises avec une infestation de punaises de lit.

Ça pique juste à y penser. On les a rapportées de voyage ou d’un hôtel. Ou bien un ami nous les a refilées par inadvertance lors d’une visite. Peu importe, tout ce qu’on veut, c’est se débarrasser de ces insectes au plus vite. Que faire? Pas de panique.

Les punaises de lit sont certes repoussantes, mais elles ne transmettent pas de maladies, explique Jean-François Duchesne, conseiller en santé environnementale à la Direction régionale de santé publique de la Capitale-Nationale.

La punaise de lit, ce petit insecte nocturne de couleur rouge brunâtre, pique comme un moustique pour se nourrir de sang. Ses morsures provoquent des réactions cutanées allergiques chez certaines personnes, mais pas toutes. Les cas problématiques surviennent souvent après un grattage excessif.

La bestiole plate d’environ 5 mm – un peu comme un pépin de pomme – peut s’infiltrer dans des fissures étroites, telles les coutures de matelas. La femelle pond jusqu’à 200 oeufs dans sa vie. Elle est active la nuit lorsque son hôte, l’homme, lui, dort paisiblement.

À Québec, la Direction de santé publique suit le dossier depuis 2005, moment auquel le bureau a commencé à recevoir des appels à ce sujet. Les demandes d’information ne font qu’augmenter depuis.

La Santé publique régionale a interpellé les exterminateurs de la région afin de dresser un portrait du problème. Conclusion : la plupart d’entre eux soutiennent que les interventions sont passées de quelques-unes par mois à plusieurs par jour au cours des dernières années dans la capitale.

Mais la situation à Québec n’est pas comparable à l’épidémie vécue à Montréal. La vigilance demeure toutefois de mise, indique François Moisan, porte-parole à la Ville de Québec. «On suit la problématique, mais ce n’est pas marqué présentement.»

Pas un problème de propreté

M. Duchesne soutient que la qualité du logement n’a rien à voir avec les risques d’infestation de punaises de lit. N’importe quel milieu peut être touché du demi-sous-sol humide au condo de luxe. «Les grandes villes canadiennes comme Toronto, Vancouver et Montréal sont plus affectées, car les conditions sociosanitaires sont assez différentes» [de Québec], souligne-t-il. «On croise les doigts!»

Les exterminateurs ont différentes méthodes de travail et tarifications. Le conseiller en santé environnementale invite également les proprios à choisir un exterminateur avec un plan d’action qui inclut au moins deux visites. Le problème n’est en effet souvent pas réglé la première fois.

«On préconise aussi toujours la lutte intégrée», note Jean-François Duchesne. Les pesticides, la chaleur, le froid, les pièges à punaises; une combinaison de plusieurs méthodes sera plus efficace. «Les insecticides tuent juste les adultes», explique-t-il.